Catégories : Actualités, édito

by Com FNDIRP

Share

Catégories : Actualités, édito

Par Com FNDIRP

Partagez

Frania Eisenbach Haverland à Menucourt, en 2021
Marie Le Cœur, trésorière générale de la FNDIRP

Marie Le Cœur, trésorière générale de la FNDIRP

Notre fédération est née pour faire face à la nécessité, sur les bases de la solidarité et de l’entraide. Dès la fin de la guerre et la libération des camps, Marcel Paul et Frédéric-Henri Manhès se sont lancés dans une grande mission, épaulés par leurs camarades des camps. Dans l’immédiat après-guerre, il faut soigner, instruire, trouver un logement, un emploi, participer aux procès contre les criminels de guerre, créer de nouveaux droits, unir dans un même élan tous les survivants des camps… Une liste très longue d’actions, petites ou grandes, parfois toutes à la fois.

En s’appuyant sur les serments des déportés, qui guident toujours nos pas, nous poursuivons ce chemin. Nous sommes particulièrement attachés à la question de la transmission. Pendant les commémorations, lors de rencontres officielles, dans les lieux culturels et historiques, toute notre attention est portée sur la mémoire des années de guerre et de déportation. Avec un seul objectif : « Plus jamais ça ! »

Ce sont aussi les témoins, hélas de moins en moins nombreux et de plus en plus sollicités, qui inlassablement, malgré le poids des ans, rencontrent étudiants, lycéens, collégiens. Des quelques classes par an des années 1980, il s’agit maintenant de milliers de participants dans des amphithéâtres silencieux où l’on entendrait une mouche voler. Car, oui, la jeunesse est avide de savoir.

«Nous devons aux témoins un respect de chaque instant. Raconter leur parcours, de l’arrestation à la libération, avec toutes les horreurs vécues, leur appartient à tout jamais.»

Nous sommes nombreux, bénévoles et militants, à participer à toutes ces actions. Et déjà il nous faut penser à ceux qui nous suivront. La  transmission, avec dans un premier temps le passage de la mémoire à l’histoire, se prépare.

Expliquer l’indicible peut sembler évident. Pour les témoins, c’est toujours difficile de plonger dans les eaux noires du passé… Nous leur devons un respect de chaque instant. Raconter leur parcours, de l’arrestation à la libération, avec toutes les horreurs vécues, leur appartient à tout jamais. Nous ne pourrons jamais être les mêmes passeurs de mémoire. Mais nous savons montrer les ingrédients, les actes préalables qui ont amené à cette horrible période, comme les combats et les luttes pour tenter d’y faire face.

Aujourd’hui notre combat pour la paix est d’autant plus important que l’Europe, le monde sont frappés par de nouveaux conflits. Nous avons toujours besoin de nous renforcer et de gagner de nouvelles adhésions auprès de jeunes générations. Pour les préparer à l’avenir, pour continuer de développer une grande chaîne d’humanité, de bienveillance et de vigilance face à la montée du fascisme, en France comme ailleurs.

Articles Similaires

  • Mélinèe et Missak Manouchian n’ont connu qu’un bonheur éphémère marqué par les épreuves, les engagements et les tragédies. Les vicissitudes du XXème siècle les ont séparés. En honorant leurs mémoires, Emmanuel Macron, Président de la République rend aussi hommage à tous leurs camarades d’origine étrangère, morts pour la France. Avec la reconnaissance de la nation, […]

  •           Un homme d’exception dont la force d’âme et les convictions prennent racine dans les épreuves de la guerre, de l’antisémitisme et des rafles. Plus particulièrement celle de Lyon du 9 février 1943, à laquelle il échappa, mais qui emporta son père Samuel, et son oncle, qui seront assassinés à leur […]

  • Impossible de se voiler la face, nous sortons sonnés de cette année 2023 durant laquelle nous avons été choqués, meurtris, abasourdis par tant d’évènements, tant de drames que les médias déversent en torrents dévastateurs sur nos cerveaux saturés. Comment nous projeter vers un avenir de concorde, objet des serments de nos déportés quand la parole […]

  • Décembre, le mois de Noël, le mois de tous les plaisirs et de tous les chagrins. Nos arrières grands parents, quelquefois nos grands-parents, lorsqu’ils nous parlaient de Noël c’était pour évoquer « l’orange », ce fruit merveilleux qui était souvent leur unique cadeau et dont ils se régalaient avec plaisir. Si nous écoutons les récits […]