by Webmaster FNDIRP

Share

Par Webmaster FNDIRP

Partagez

Allocution de Jean-Pierre Raynaud devant la stèle Jean-Moulin inaugurée en 1994 par Raymond Aubrac.

La FNDIRP était représentée à Clichy-la-garenne le 27 mai, devant la stèle Jean-Moulin, rue Martre, pour commémorer la Journée nationale de la Résistance en ce 78e anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance (CNR).

En présence notamment de Pierre Fouillé, président de l’Union locale des anciens combattants et victimes de guerre, de Stéphane Cochepain, premier adjoint au maire de Clichy- la-Garenne, délégué aux affaires générales, au monde combattant et au devoir de mémoire, de Richard Vince, conseiller municipal dé- légué au monde combattant et au devoir de mémoire, en tant que secrétaire de l’ADIRP des Hauts-de-Seine, je me suis exprimé au nom de la FNDIRP. J’ai rappelé que, parmi les dix-sept participants de la réunion historique du 48, rue du Four à Paris, initiée par Jean Moulin, « aucune femme n’est présente et pourtant, elles le seront dans le combat de la Libération de 1940 jusqu’ à la victoire ». Henri Rol-Tanguy disait : « Sans les femmes, la moitié du travail de la Résistance eût été impossible. » Dans mon allocution j’ai cité Lucie Aubrac, dont le mari Raymond a inauguré la stèle Jean-Moulin, Danielle Casanova, Germaine Tillion, Berty Albrecht, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, « mais aussi des résistantes “sans titres”, ces soutiers de la gloire trop humbles pour s’en prévaloir (1), comme les quatre Clichoises Marthe Jean, Marie Bréchet, Victoria Barat et Cécile Sacco ».

Le combat de Laure Moulin

La sœur de Jean Moulin, Laure (2), mérite d’être aussi d’être mise dans la lumière du travail de mémoire. « Comme de nombreuses femmes, épouses, compagnes, fiancées, sœurs de résistants, Laure Moulin ne revendiquera jamais un quelconque statut de combattante, en dépit de réelles implications, car, pour celle-ci, être au service d’un responsable d’une organisation de la Résistance, le délester des obligations quotidiennes, porter des courriers, saisir un rapport, coder et décoder des messages, représentent un arc-en-ciel d’actions qui comportent tous les risques. ». Sur la citation qui accompagnera la croix de guerre et la médaille militaire de Laure Moulin est écrit : « Laure Moulin reste le modèle de la femme française, dont le dévouement désintéressé et continuellement en éveil est capable de seconder activement et efficacement l’action du combattant. »
Pour Laure Moulin, une nouvelle vie commence là où son frère a fini la sienne. Son décès lui est confirmé par un officier, qui lui précise qu’il n’a pas été enterré mais brûlé plus tard. L’urne serait à la disposition de la famille. C’est un mensonge. Finalement, ce n’est que le mardi 2 mai 1944 que l’armée allemande remit, à la mère de Jean Moulin, un acte de décès portant la date du jeudi 8 juillet 1943.
Laure Moulin, de retour à Paris, réclame une urne qui n’existe pas. Le reste appartient au désespoir d’une mère et d’une sœur qui partagent celui des martyrs de la Liberté. Dès la Libération, âgée de cinquante-trois ans, Laure Moulin ne va pas ménager sa peine pour faire connaître l’action de son frère : inauguration de stèles, rues, mémoriaux et d’établissements scolaires. En 1964, l’entrée au Panthéon de Jean Moulin concrétise tous ses efforts. Trois ans plus tôt, le ministre de l’éducation nationale, Lucien Paye, a créé le Concours National de la Résistance (CNRD) pour perpétuer, chez les jeunes Françaises et Français, le souvenir de la Résistance et de la Déportation. J’ai conclu mon intervention sur une note d’optimisme en soulignant les bons résultats des lycées clichois Isaac-Newton et René-Auffray sur le thème du CNRD 2020-2021 « Entrer en Résistance, com- prendre, refuser, résister »: Newton obtient le premier prix des Hauts-de-Seine avec la pré- sentation du travail de ses lycéens au jury aca- démique du CNRD. Auffray est deuxième prix ex-aequo avec présentation au jury académique. Enfin, le lycée Montalembert de Courbevoie a reçu les félicitations aux élèves et à leurs professeurs.

Jean-Pierre Raynaud, pour l’ADIRP 92

(1) Extrait d’un discours de Pierre Brossolette à la BBC, le 22 septembre 1942.
(2) à lire, Laure Moulin : résistante et sœur de héros, de Thomas Rabino (Perrin, 2021)

Articles Similaires

  • En cette journée nationale du souvenir, commémorer la tragédie humaine que fut la déportation, c’est d’abord rappeler l’horreur et la barbarie des systèmes concentrationnaire et génocidaire nazis. C’est se souvenir de l’extermination par le régime nazi d’une partie de l’humanité, ciblant les Juifs et les Tsiganes de tous âges; c’est se souvenir également de la […]

  • Le nombre de déportés de France dans les camps de concentration ou d’extermination nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale est estimé à plus de 150 000 personnes, dont des victimes de mesures de répression (principalement des politiques et des résistants) et des mesures de persécution (près de 75 000 juifs et tziganes). Au total, plus […]

  • Mélinèe et Missak Manouchian n’ont connu qu’un bonheur éphémère marqué par les épreuves, les engagements et les tragédies. Les vicissitudes du XXème siècle les ont séparés. En honorant leurs mémoires, Emmanuel Macron, Président de la République rend aussi hommage à tous leurs camarades d’origine étrangère, morts pour la France. Avec la reconnaissance de la nation, […]

  •           Un homme d’exception dont la force d’âme et les convictions prennent racine dans les épreuves de la guerre, de l’antisémitisme et des rafles. Plus particulièrement celle de Lyon du 9 février 1943, à laquelle il échappa, mais qui emporta son père Samuel, et son oncle, qui seront assassinés à leur […]